Projets financés par le Fnas : Hermann Kamonomono en inspecteur

DIG/ Le directeur gĂ©nĂ©ral du Fonds national d’aide sociale (FNAS), Hermann Kamonomono, a  dĂ©butĂ© le 24 octobre Ă  Libreville, une sĂ©rie de visites auprĂšs des promoteurs ayant bĂ©nĂ©ficiĂ© du crĂ©dit Fnas et dĂ©veloppant une activitĂ© gĂ©nĂ©ratrice de revenus (AGR).

« Il est important pour moi d’aller vers eux. De voir comment ils travaillent, de mesurer les difficultĂ©s auxquelles ils sont confrontĂ©s et ensuite voir dans quelle mesure on peut amĂ©liorer notre relation de partenariat avec ces compatriotes qui s’efforcent tant bien que mal Ă  dĂ©velopper des activitĂ©s gĂ©nĂ©ratrice de revenus », a indiquĂ© le nouveau dĂ©gĂ© du Fnas.

Les visites ont dĂ©butĂ© du cĂŽtĂ© du pĂ©rimĂštre agropastoral d’Alibandeng et du site de l’association des femmes veuves de la Baie des cochons. La dĂ©lĂ©gation du Fnas conduite par son directeur gĂ©nĂ©ral a pu noter que malgrĂ© les difficultĂ©s rencontrĂ©es, les activitĂ©s vont bon train pour certains.

« Les expĂ©riences sont divers. Sur le pĂ©rimĂštre agropastoral d’Alibandeng, on a pu constater en visitant les diffĂ©rents pĂ©rimĂštres individuels que chacun menait une activitĂ© et que malgrĂ© les difficultĂ©s auxquelles ils peuvent ĂȘtre confrontĂ©s, ils s’en sortent », s’est rĂ©joui Hermann Kamonomono. Avant d’ajouter : « Pour d’autres compatriotes, la difficultĂ© majeure est la pĂ©rennisation de l’activitĂ© et le remboursement de crĂ©dit Ă  temps. L’objectif du Fnas Ă©tant d’accompagner nos compatriotes dans le processus de leur autonomisation, nous devons un moment donnĂ© marquer une pause et voir comment on peut rĂ©amĂ©nager notre collaboration pour que nous puissions amĂ©liorer leurs activitĂ©s et la rendre beaucoup plus dynamique et s’assurer que l’objectif premier qui est d’autonomiser ses compatriotes soit atteint ».

À ce jour, le Fnas a approuvĂ© prĂšs de 275 dossiers Ă  projet sur l’ensemble du territoire national depuis novembre 2015. Ces projets portent sur l’agriculture, l’élevage, la pĂȘche, le tourisme, l’artisanat, les services et la petite transformation.

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire