Shell veut vendre ses actifs terrestres au Gabon

Selon l’agence de presse Reuters, le gĂ©ant pĂ©trolier anglo-nĂ©erlandais souhaiterait vendre ses actifs onshore au Gabon.

Shell espĂšre recevoir des offres pour ses actifs pĂ©troliers terrestres au Gabon d’ici le mois de juin. Selon une source citĂ©e par Reuters, le jeudi 21 avril, le gĂ©ant pĂ©trolier demanderait 700 millions de dollars pour la cession de ces actifs. Selon une autre source anonyme, Ă©galement citĂ©e par l’agence de presse, ce montant est en-deçà des attentes de la compagnie pĂ©troliĂšre qui pourrait refuser de les cĂ©der Ă  moins d’obtenir une offre supĂ©rieure.

Le gĂ©ant pĂ©trolier n’a pas confirmĂ© cette information.

« Shell continue d’étudier les opportunitĂ©s pour ses capitaux par rapport à sa stratĂ©gie », a simplement indiquĂ© un porte-parole de la multinationale.

Shell a indiquĂ© son intention de cĂ©der au moins 30 milliards de dollars d’actifs dans les trois prochaines afin de financer le rachat du britannique BG Group, une transaction à 52 milliards de dollars validĂ©e en fĂ©vrier dernier.

Shell veut se concentrer sur la production de pétrole en mer et étendre rapidement ses activités sur le marché du gaz naturel liquéfié. La vente des actifs en question est prévue entre 2017 et 2018, avait indiqué le géant pétrolier.

Présence historique au Gabon

Shell est prĂ©sent au Gabon depuis plus de cinquante ans, oĂč sa production pĂ©troliĂšre atteint environ 60 000 barils par jour Ă  partir de cinq champs principalement terrestres dont deux des principaux gisements pĂ©troliers dĂ©couverts dans le pays : Rabi Kounga et Gamba/Ivinga, situĂ©s dans la province d’OgoouĂ©-Maritime, dans le nord-ouest du pays.

Le premier, découvert en 1985 et entré en phase commerciale en 1989, « reste le plus grand gisement de pétrole découvert à terre au Gabon », indique Shell dans un rapport de 2015.

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire