Affaire Santullo : La justice suisse fait le jeu du Gabon

DIG/ Alors que Paris a signĂ© un accord d’entraide judiciaire avec le Gabon sur le dossier Santullo, la Suisse enquĂŞte aussi sur l’ex-roi du BTP.

Reconnu compĂ©tent il y a un mois pour enquĂŞter sur les avoirs suisses de l’homme d’affaires Guido Santullo, dĂ©cĂ©dĂ© en 2018, le canton de Genève partage toutes les informations qu’il recueille avec le Gabon, rapporte La Lettre du Continent.

C’est la consĂ©quence d’une dĂ©cision prononcĂ©e le 6 mars dernier par la chambre pĂ©nale de recours genevoise, qui stipule cependant que le Gabon ne peut pas utiliser les informations communiquĂ©es par la Suisse dans les procĂ©dures ouvertes Ă  Libreville contre l’ex-patron du groupe Sericom.

Ces investigations font suite Ă  une plainte dĂ©posĂ©e Ă  Genève au nom du Gabon par l’ex-bâtonnier Marc Bonnant, le 7 fĂ©vrier 2018.

Cette plainte, qui accuse Guido Santullo de « corruption d’agent public Ă©tranger et blanchiment d’argent », avait entraĂ®nĂ©, le 27 avril suivant, l’ouverture d’une instruction Ă  Genève et le sĂ©questre de plusieurs des comptes de l’homme d’affaires.

Certains de ces comptes avaient fait l’objet d’un signalement par des banques avant le dĂ©pĂ´t de la plainte. En tout, pas moins de six procĂ©dures issues de signalements ont Ă©tĂ© jointes par le canton de Genève.

Arguant que les comptes bloquĂ©s faisaient partie de la succession de l’ex-roi du BTP, sa veuve, Karen Santullo, et ses quatre enfants ont vainement demandĂ© qu’ils soient libĂ©rĂ©s. La famille a toujours niĂ© avoir effectuĂ© le moindre versement Ă  des fonctionnaires gabonais.

(Source : La Lettre du Continent)

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire