Les agences publiques en sursis !

DIG/ CrĂ©Ă©es lors du 1er septennat du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, les agences publiques sont aujourd’hui au cƓur d’une vaste rĂ©flexion sur leur apport rĂ©el au sein de l’administration dans son ensemble. A tel point qu’un audit gĂ©nĂ©ralisĂ© est rĂ©clamĂ© ouvertement par les plus hautes instances du pouvoir, notamment le directeur dĂ© cabinet du prĂ©sident de la RĂ©publique Brice Laccruche Alihanga qui a initiĂ© une sĂ©rie de rencontre avec les responsables de ces structures.

C’est dans cet esprit qu’une Ă©quipe technique mise en place par le gouvernement est venue prĂ©senter, le 18 octobre dernier au cabinet du ministre de l’Economie, la synthĂšse du rapport du comitĂ© de pilotage sur la rationalisation des services publics personnalisĂ©s, en prĂ©sence de toutes les administrations concernĂ©es.

« Il est clair que nous avons des agences publiques, par exemple, qui font partie des Ă©tablissements personnalisĂ©s. Ces agences ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es dans un objectif prĂ©cis. AprĂšs un moment, il faudrait que nous puissions faire un examen pour voir si finalement les raisons qui ont soutenues la crĂ©ation de ces Ă©tablissements publics ont atteint les objectifs recherchĂ©s ou il faudrait peut-ĂȘtre revoir la trajectoire. Soit il faudrait peut-ĂȘtre supprimer certaines, soit peut-ĂȘtre les restructurer », a expliquĂ© RĂ©gis Immongault, le ministre de l’Economie.

Pour son collÚgue de la Fonction publique, il est vrai que les agences publiques ont des missions claires et bien orientées. Mais il faudrait, insiste t-il, prendre des mesures appropriées pour permettre que ces établissements puissent avoir un rendement efficace à la fois sur le plan économique et social.

« A l’issue de ce bilan, nous aurons des rĂ©ponses idoines Ă  donner Ă  chacun d’entre nous pour savoir s’il y a des Ă©tablissements qui doivent ĂȘtre fusionnĂ©s ou qui doivent ĂȘtre conservĂ©s en l’état avec des missions renforcĂ©es ou non. Nous avons la lourde charge de faire aboutir le plan de relance Ă©conomique.  Et son exĂ©cution doit ĂȘtre faite par des Ă©tablissements publics fiables », a indiquĂ© Jean-Marie Ogandaga.

Selon le membre du gouvernement, la rationalisation devra permettre aux agences ayant les mĂȘmes missions de pouvoir fusionner afin d’ĂȘtre plus fort et plus efficace.

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire