Averda : Pas d’argent, pas de ramassage d’ordures

DIG/ Les villes de Libreville, Akanda et Owendo plient, depuis plusieurs jours, sous le poids des immondices.

Le ministre de l’IntĂ©rieur, Lambert-NoĂ«l Matha, a dĂ©clarĂ©, au cours d’un entretien avec nos confrères de l’Union, que l’accumulation des ordures mĂ©nagères est consĂ©cutive Ă  une dette accumulĂ©e auprès d’Averda.

« Aujourd’hui, les mêmes causes produisant les mêmes effets, c’est la dette vis-à-vis d’Averda, évaluée à plusieurs milliards de nos francs qui est à l’origine de cette situation déplorable, gênante et préoccupante. Ce prestataire n’attend que d’être payé pour reprendre ses activités. Aujourd’hui, elle n’arrive même plus à faire face à certains de ses engagements : payer les salaires des employés, le carburant, la dette contractée auprès de Petro Gabon, sans oublier bien d’autres prestations qu’elle n’est plus à mesure de supporter. Il faut donc payer pour que tout rentre dans l’ordre », a indiqué Lambert-Noël Matha.

Selon le membre du gouvernement, le ministère de l’intĂ©rieur n’a pas dans ses prĂ©rogatives le ramassage des ordures.

 » Cela est du ressort des mairies. On doit laisser les mairies signer les conventions et les contrats y relatifs« , a souligné Lambert-Noel Matha.

Néanmoins, a précisé le ministre, le gouvernement s’emploie à résoudre ce problème. A ce titre, depuis janvier 2018, sur instructions fermes du chef de l’Etat, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a convoqué plusieurs réunions techniques avec les ministres de l’Intérieur, du Budget, de l’Economie, de l’Habitat, de la Défense, de l’Environnement, des Infrastructures, l’Agence nationale des grands travaux et des infrastructures (ANGTI), et les mairies, qui sont tous impliqués dans la résolution du problème de gestion des ordures ménagères.

Une feuille de route a été communiquée quant aux actions à prendre pour sortir de la crise.

Brice Gotoa

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire