Communiqué final de Conseil des ministres du 13 octobre 2020

DIG/ Le mardi 13 octobre 2020, sous la Très Haute Présidence de Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’Etat, le Conseil des Ministres s’est réuni dès 10 heures, par visioconférence.

Le Conseil des Ministres s’est félicité du leadership du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, au vu de l’approbation, par les instances de l’Union Africaine et des Nations Unies, de la candidature du Gabon à siéger à la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU.

Sur le plan national, en sa qualité de Chef Suprême des Forces de Défense et de Sécurité, le Chef de l’Etat a pris part, le samedi 10 octobre 2020, à la commémoration de la fête de la Saint Michel, Patron des parachutistes.

Au cours de cette cérémonie militaire, le Chef de l’Etat a rendu un hommage mérité aux Forces de Défense et de Sécurité, tout en saluant leur engagement dans la lutte contre la Covid-19 et le maintien de l’ordre pour la protection des populations face à cette pandémie.

AU TITRE DES PROJETS DE TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

MINISTERE DU BUDGET ET DES COMPTES PUBLICS

Monsieur le Ministre a présenté au Conseil des Ministres, qui l’a adopté, le projet de Loi de Finances Initiale pour l’Exercice 2021.

Les principales hypothèses sur lesquelles repose le cadrage macroéconomique et budgétaire 2021 sont arrêtées comme suit :
– une production pĂ©trolière de 10,5 millions de tonnes ;
– un prix du baril de pĂ©trole Ă  41 dollars US ;
– des exportations de manganèse de 8180,2 milliers de tonnes ;
– une production de bois dĂ©bitĂ© de 1061,3 milliers de mètres cubes ;
– un taux de change du dollar amĂ©ricain en francs cfa de 580 FCFA/USD.

Ainsi, pour l’année 2021, le projet de budget de l’État est équilibré en ressources et en charges, à 2681,5 milliards FCFA contre 3047,1 milliards de FCFA en 2020, soit une baisse de 365,6 milliards (hors prélèvements affectés aux tiers distincts de l’État, qui s’élèvent à 86,9 milliards de FCFA).

S’agissant des ressources, les recettes budgétaires seraient évaluées à 1874,4 milliards FCFA contre 1501,8 milliards FCFA arrêtés dans la loi de finances rectificative 2020, soit une hausse de 372,6 milliards FCFA.

Les ressources de trésorerie et de financement se situeraient à 807,0 milliards FCFA, contre 1545,3 milliards FCFA dans la LFR 2020, soit une baisse de 738,3 milliards FCFA.

En ce qui concerne les dépenses et les charges de trésorerie, les dépenses budgétaires sont évaluées à 2043,5 milliards de FCFA contre 1900,5 milliards de FCFA en 2020, soit une hausse de 143,1milliards de FCFA par rapport à la LFR 2020.

Ces dépenses comprennent :

– Les charges financières de la dette qui s’établissent Ă  272,9 milliards FCFA contre 276,5 milliards FCFA dans la loi de finances rectificative 2020, soit une baisse de 3,6 milliards FCFA ;
– les DĂ©penses de fonctionnement qui se chiffrent Ă  1.111,2milliards FCFA contre 1.106,8 milliards FCFA en 2020, soit une augmentation de 4,4 milliards FCFA
– Les DĂ©penses d’investissement qui s’établissent Ă  483,4 milliards FCFA contre 380 milliards FCFA dans la loi de finances rectificative 2020, soit une augmentation de 21,4% correspondant Ă  103,4 milliards FCFA.

Elles sont principalement orientées vers le soutien à la relance de l’économie
– Les Autres DĂ©penses qui sont Ă©valuĂ©es Ă  41,1 milliards FCFA ;
– les Comptes SpĂ©ciaux qui s’établissent Ă  134,9 milliards de FCFA

Par ailleurs, les charges de trésorerie se situeraient à 637,9 milliards FCFA contre 1146,7 milliards FCFA dans la LFR 2020, soit une baisse de 508,7 milliards FCFA.

MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DE L’ELEVAGE, DE LA PÊCHE ET DE L’ALIMENTATION

Sur présentation de Monsieur le Ministre, le Conseil des Ministres a adopté le projet de loi fixant la Politique Semencière Végétale en République Gabonaise.

Ainsi, la présente loi crée les conditions adéquates à la promotion de la qualité, de la production, la commercialisation et l’utilisation des semences afin de contribuer à l’atteinte de l’objectif national de la sécurité alimentaire.

Ce texte vise également la mise en conformité vis-à-vis de la politique semencière en zone CEMAC avec la création d’un Conseil National semencier consultatif et un Fonds d’appui au secteur semencier.

Par ailleurs, le Conseil des Ministres a également entériné les cinq (5) projets de décret suivants :
– le projet de dĂ©cret portant crĂ©ation et organisation de la Zone Agricole Ă  forte ProductivitĂ© de Kango ;
– le projet de dĂ©cret portant crĂ©ation et organisation de la Zone Agricole Ă  forte ProductivitĂ© d’Idemba ;
– le projet de dĂ©cret portant crĂ©ation et organisation de la Zone Agricole Ă  forte ProductivitĂ© de Mboukou ;
– le projet de dĂ©cret portant crĂ©ation et organisation de la Zone Agricole Ă  forte ProductivitĂ© d’Andem ;
– le projet de dĂ©cret portant crĂ©ation et organisation de la Zone Agricole Ă  forte ProductivitĂ© de Bifoun-Abanga.

La création effective de ces agropoles vient matérialiser l’engagement du Président de la République, Chef de l’Etat, découlant du Plan Stratégique Gabon Emergent, de développer notre agriculture sur la base d’un foncier organisé autour de bassins de production à travers le pays.

Le choix de ces zones découle donc des études diligentées et validées par la Commission Nationale d’Affectation des Terres en fonction de leur proximité avec les infrastructures routières et ferroviaires existantes ainsi que la nature des sols, le relief et le climat.

Aussi, ces Zones Agricoles à forte Productivité (ZAP) sont-elles destinées à promouvoir la culture de spéculations vivrières notamment la banane, le manioc, le maïs, le riz et le soja, de même qu’à développer l’élevage (avicole et porcin) à grande échelle.

EN MATIERE DE POLITIQUE GENERALE

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

Le Conseil des Ministres a marqué son accord aux demandes d’agréments de Leurs Excellences Messieurs :

– Mame OUMAR THIAW, en qualitĂ© d’Ambassadeur Extraordinaire et PlĂ©nipotentiaire de la RĂ©publique du SĂ©nĂ©gal près la RĂ©publique Gabonaise avec rĂ©sidence Ă  Libreville ;

– James MBAHIMBA, en qualitĂ© d’Ambassadeur Extraordinaire et PlĂ©nipotentiaire de la RĂ©publique d’Ouganda près la RĂ©publique Gabonaise avec rĂ©sidence Ă  Kinshasa en RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo.

MINISTERE DES EAUX, DES FORETS, DE LA MER, DE L’ENVIRONNEMENT, CHARGE DU PLAN CLIMAT ET DU PLAN D’AFFECTATION DES TERRES

Sur présentation de Monsieur le Ministre, le Conseil des Ministres a marqué son accord pour l’adhésion de notre pays à la Coalition pour le Climat et l’Air Pur (CCAP).

La CCAP est une coalition volontaire de pays et d’organisations, créée en 2012 sous l’égide des Nations Unies. Son objectif est de renforcer les efforts publics et privés au niveau mondial, régional et national, afin de réduire les polluants organiques de courte durée de vie présents dans l’air et d’améliorer les inventaires.

L’adhésion de notre pays à cette coalition permettra de soutenir la mise en oeuvre des actions du Gabon sur la qualité de l’air, dans la préservation de l’environnement et de la réduction des émissions de Polluants de courte durée de vie (PCDV).

Cette adhésion permettra également au Gabon d’accéder à une plateforme d’échange d’informations et de renforcement de capacités techniques sur les projets et le transfert de technologies de lutte contre les pollutions atmosphériques.

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DES DROITS DE LA FEMME

Au terme de la présentation de Madame le Ministre, le Conseil des Ministres a marqué son accord aux activités ci-après :

– la cĂ©lĂ©bration de la JournĂ©e internationale de la Femme Rurale le 15 octobre 2020, sous le thème national : « Promouvoir les activitĂ©s socio-Ă©conomiques des femmes rurales, moteurs de la rĂ©silience en temps de pandĂ©mie » ;

– lancement du Chapitre national du RĂ©seau des Femmes Leaders d’Afrique (AWLN) dans notre pays, afin de permettre aux femmes de la section gabonaise de s’engager collectivement Ă  dĂ©velopper ledit RĂ©seau en tant que plateforme, visant Ă  amplifier la voix des femmes et d’apporter des rĂ©ponses aux principales prĂ©occupations de notre pays en matière de dĂ©veloppement.

– l’organisation Ă  Libreville, les 21 et 22 octobre 2020, par visioconfĂ©rence, du 3ème Forum International sur la Retraite dans la zone de la ConfĂ©rence Internationale de la PrĂ©voyance Sociale (CIPRES).

********************************

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire