Le Conseil gabonais des chargeurs n’arrive plus Ă  payer ses agents

DIG/ Le personnel  du Conseil gabonais des chargeurs (CGC) observe un mouvement d’humeurs depuis le 4 janvier 2017 Ă  leur siĂšge de Libreville. Parmi les raisons Ă©voquĂ©es par les employĂ©s, le non paiement des salaires depuis prĂšs de 3 mois et le rĂšglement du 13Ăšme mois.

« Nous avons aujourd’hui 2 mois d’arriĂ©rĂ©s de salaire, pour certains 3 mois (octobre, novembre et dĂ©cembre) et nous avons estimĂ© que depuis un certain temps nous vivons dans des conditions difficiles. Nous avons des salaires qui viennent Ă  rĂ©pĂ©tition avec beaucoup de retard  et nous avons dĂ©cidĂ© que nous ne pouvons pas revivre ça l’annĂ©e 2018 », a confiĂ© Gaston Robert Indassy Gnambault, prĂ©sident du Syndicat national des travailleurs du CGC.

Si aucune satisfaction n’est apportĂ©e jusqu’ici, ces employĂ©s promettent de rĂ©duire, au fil des jours, la durĂ©e du service minimum.

« Les banques ne nous accordent plus de crĂ©dits, nous avons des loyers impayĂ©s, les enfants sont assis Ă  la maison. Le Conseil gabonais des chargeurs n’est pas en cessation de paiement, nous ne sommes pas en cessation d’activitĂ©s ? Donc, on suppose qu’il y a encore de l’argent qui rentre dans cette maison », a-t-il ajoutĂ©.

Pour la directrice gĂ©nĂ©rale, Liliane NadĂšge Ngari, Ă©pouse Onanga Y’Obeghe, les questions de retard ou d’arriĂ©rĂ©s de salaires ne rĂ©sultent pas d’une volontĂ© dĂ©libĂ©rĂ©e de la direction gĂ©nĂ©rale de nuire aux droits de travailleurs. Mais d’une situation de baisse de nos recettes budgĂ©taires, depuis plus de deux ans, consĂ©cutive Ă  la diminution du trafic maritime de fret en direction du Gabon.

« Nous avons rencontrĂ© tous les dĂ©lĂ©guĂ©s du personnel en dĂ©cembre. Nous nous sommes convenus sur un certain nombre de choses. Nous avons commencĂ© Ă  payer Ă  ce jour tout le mois d’octobre. Les arriĂ©rĂ©s de novembre et dĂ©cembre sont entrain d’ĂȘtre payĂ©s en ce moment », a expliquĂ© Serge Obame Evoung, directeur des ressources humaines du CGC.

Brice Gotoa

 

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire