Le FMI va examiner la masse salariale du Gabon

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) va séjourner au Gabon cette semaine.

A l’ordre du jour : s’accorder avec le gouvernement sur le Plan de relance √©conomique (PRE) afin de¬†juguler la grave crise de liquidit√©s que traverse le pays.

Auparavant, les experts du FMI ¬†vont examiner la structure de la d√©pense nationale. Notamment la masse salariale¬†qui ne cesse de cro√ģtre.

En effet, le Fonds a, mainte fois, attir√© l’attention du gouvernement gabonais sur l’explosion de ce poste de d√©pense, faisant m√™me d’elle une condition sine qua non √† toute aide financi√®re internationale.

¬ę¬†Les assurances du Premier ministre sur la non-r√©duction des effectifs de la fonction publique et des salaires vont √™tre mises √† rude √©preuve, pour ne pas dire ¬ę¬†d√©mont√©s¬†¬Ľ par les experts du FMI¬ę¬†, souligne un haut-cadre¬†du minist√®re du Budget et des Comptes publics.

Insoutenabilité

Pour mémoire, selon la Direction générale du Budget et des Finances publiques (DGBFIP), la masse salariale du secteur public exécutée au troisième trimestre 2016 a enregistré une hausse de 20,1% pour atteindre 506,55 milliards de FCFA contre 421,86 milliards de FCFA sur la même période en 2015.

Cette tendance haussi√®re s‚Äôexplique par les √©volutions respectives de la solde permanente (+21,0%) et de celle de la main d‚ÄôŇďuvre non permanente (+4,5%).

A fin septembre, la solde permanente est passée de 397,69 milliards de FCFA à 481,30 milliards de FCFA.

Cette progression est imputable à l’entrée en présalaire de nouveaux agents, à la mise en place du nouveau système de rémunération, à la régularisation des situations administratives des agents de l’Etat.

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire