Gabon : La FAO baisse de 714 millions de FCFA le budget total du nouveau CPP 2017-2022

DIG/ Selon le coordinateur du bureau sous rĂ©gional de la FAO pour l’Afrique centrale, HĂ©lder Muteia, le budget total du Cadre de programmation pays, allant de 2017-2022, s’établit Ă  4,66 milliards de FCFA (7,5 millions de dollars), contre 5,374 milliards de FCFA (10, 6 millions de dollars) affectĂ©s lors du CPP 2013-2016. Soit une baisse de 741 millions de FCFA.

Cette annonce a Ă©tĂ© communiquĂ©e au cours de la signature du document cadre entre ce responsable du bureau sous rĂ©gional de le FAO et le ministre en charge de l’Agriculture, Yves Fernand Manfoumbi le 17 mai dernier.

Ce rĂ©trĂ©cissement budgĂ©taire s’explique par la faiblesse des fonds collectĂ©s au cours de la pĂ©riode d’exĂ©cution du premier CPP (2013-2016), et qui a Ă©tĂ© financĂ© uniquement par les ressources propres de la FAO en l’absence de la participation de l’Etat gabonais.

« Dans les rĂ©sultats de l’évaluation du premier CPP, il ressort que le taux de mobilisation des ressources a Ă©tĂ© trĂšs faible. Conscients de cette rĂ©alitĂ©, on a prĂ©fĂ©rĂ© ĂȘtre plus rĂ©aliste cette fois-ci. Sachant que toutes les ressources qu’on a mentionnĂ©es dans le cadre du premier CPP ont Ă©tĂ© tirĂ©es des fonds propres de la FAO. Aucune mobilisation n’a Ă©tĂ© faite du cĂŽtĂ© du gouvernement. VoilĂ  pourquoi pour le second CPP a voulu ĂȘtre plus objectif »,  a expliquĂ© Huguette Biloho Essono, la responsable du programme CPP.

Pour faire des directives du cadre de programmation pays une rĂ©ussite, le FAO exhorte le Gabon Ă  intensifier ses efforts dans l’élaboration des projets de coopĂ©ration technique pour espĂ©rer dĂ©velopper les chaines de valeur existantes (agriculture, pĂȘche, forĂȘt, aquaculture, Ă©levage).

Selon l’institution onusienne, il faudrait ajouter à cela la mise en place des financements susceptibles de financer ces programmes sur le court, moyen et long terme.

C’est n’est que cette maniĂšre que le pays parviendra Ă  atteindre ses objectifs, a insistĂ© la FAO.

Dorian Bissielou Mbouala

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire