Le Gouvernement transfĂšre le paiement de la dette des entreprises aux investisseurs

DIG/ Face Ă  son incapacitĂ© Ă  solder depuis plusieurs annĂ©es sa dette galopante vis-Ă -vis des entreprises, sans omettre le poids de ses titres d’emprunts collectĂ©s sur les marchĂ©s financiers internationaux, le gouvernement d’Emmanuel Issozet Ngondet a rĂ©cemment instaurĂ© un nouveau mode de rĂšglement des crĂ©ances dĂ©tenues par ces opĂ©rateurs Ă©conomiques.

Cette opĂ©ration financiĂšre, dĂ©nommĂ©e titrisation des crĂ©ances, va consister Ă  transformer les crĂ©ances dues aux entreprises en titres de crĂ©ances nĂ©gociables d’une part, et d’autre part, de les transfĂ©rer auprĂšs des investisseurs institutionnels et banques en vue d’obtenir  du numĂ©raire. Toutefois, faut-il le prĂ©ciser, en contrepartie des taux d’intĂ©rĂȘts  « fixĂ©s » par ces derniers.

Pour les responsables de la Bourse des valeurs mobiliĂšres de l’Afrique centrale (BVMAC), cette initiative innovante s’avĂšre salutaire pour l’Etat gabonais, dans la mesure oĂč elle lui permettrait de « dĂ©barrasser l’économie des pesanteurs qu’entraĂźne l’endettement vis-Ă -vis des PME », pense FrĂ©dĂ©ric Yifomnjou, le directeur dĂ©positaire central auprĂšs de cette institution.

Aussi, complÚte-il, que ce mécanisme « permet aux opérateurs économiques locaux de transformer des actifs peu liquides en valeurs mobiliÚres facilement négociables comme des obligations ».

Mais ce technicien de la BVMAC relativise en appelant les autoritĂ©s gabonaises Ă  instruire les chefs d’entreprises sur les avantages et les opportunitĂ©s liĂ©s Ă  ce mĂ©canisme financier.

Quant Ă  la Direction gĂ©nĂ©rale du budget et des finances publiques, pour qui la titrisation va garantir l’épanouissement des PME, elle prĂ©conise la mise en place d’une Ă©quipe d’experts chargĂ©s d’implĂ©menter rapidement ce projet de ce systĂšme financier.

D.B.M

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire