Un Haut conseil de l’investissement Ă  deux vitesses !

DIG/ Les cellules spĂ©cialisĂ©es du Haut conseil de l’investissement (HCI) en collaboration avec l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI) ont organisĂ© le 23 juin 2017 Ă  Libreville, une rencontre pour redonner une impulsion Ă  la concrĂ©tisation des recommandations issues de la premiĂšre session du HCI, le 7 mars 2017.

« Aujourd’hui, le mĂ©mento est lĂ . Il est poussĂ© par la situation socio-Ă©conomique qui fait qu’il y a une baisse des recettes au niveau de l’Etat. Mais il y a aussi un ralentissement des activitĂ©s Ă©conomiques de façon globale dans le monde et en Afrique en particulier. Il faut donc faire des reformes pour permettre au secteur privĂ© de retrouver un flux et repartir dans la croissance et l’investissement », a indiquĂ© Fabrice Lusinde, expert international.

Cette rencontre a Ă©tĂ© l’occasion pour les reprĂ©sentants du secteur privĂ© de dĂ©cliner l’état d’avancement de ces rĂ©formes destinĂ©es Ă  dĂ©miner les freins Ă  l’investissement privĂ©.

« Pour ce qui nous concerne au niveau du privĂ©, nous constatons simplement que les administrations publiques ne travaillent pas Ă  la mĂȘme vitesse. Il y en a qui vont un peu plus vite que d’autres. Peut-ĂȘtre parce qu’ils ont un peu plus de moyens que d’autres ou un peu plus de volontĂ© que d’autres, je ne sais pas. Mais nous constatons qu’il y a des petites avancĂ©es dans certains secteurs, alors que dans d’autres, y en a pas », a regrettĂ© Jacqueline Bignoumba, la Vice-prĂ©sidente de la ConfĂ©dĂ©ration patronale gabonaise (CPG).

Brice Gotoa

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire