Le Gabon remporte son procès contre Ceddex-Entraco

DIG/ Le Gabon est finalement sorti vainqueur de l’arbitrage international qui l’opposait à la société espagnole de BTP Eurofinsa (propriétaire de Ceddex-Entraco) devant la Chambre de commerce internationale (CCI) de Paris, rapporte notre confrère Jeune Afrique.

Eurofinsa avait déposé plainte devant la CCI et réclamait au Gabon le règlement d’impayés à hauteur de 67 millions d’euros (44 milliards de francs), dans le cadre des travaux d’élargissement et de renforcement de la National 1 entre le PK 12 et Ntoum.

Le 8 décembre 2017, le gouvernement avait décidé de rompre tous les contrats le liant avec un certain nombre d’entreprises sur les routes nationales 1 et 3.

Jugeant cette décision arbitraire, l’entreprise Cedex-Entraco avait décidé d’ester l’Etat en justice devant les tribunaux internationaux pour rupture abusive de contrat.

L’information-bien verrouillĂ©e au dĂ©part- avait Ă©tĂ© finalement rendue publique par le ministre d’Etat en charge des T-P de l’Ă©poque, Jean-Pierre Oyiba, lors d’un entretien publiĂ© le 30 dĂ©cembre 2017 dans le quotidien l’Union.

« A partir du PK12, nous avions en 2008 signé un marché avec l’entreprise Cedex Entraco qui appartient au groupe Eurofinsa pour réaliser un linéaire du PK12 au PK75 pont Agoula. Au départ c’était ça. Il se trouve qu’en 2010, ce marché a été modifié  et réduit à partir du PK12 au PK40 à NTOUM. Cette fois en 2× 2 voies. Mais ce marché initial était à 61 milliards. Le marché revu en 2010 s’élève à 91 milliards. Ces 91 milliards, vous savez que c’est une infrastructure lourde qui ne relève pas des programmations budgétaires parce que tous les marchés en budgétaire sont malheureusement arrêtés et les 91 milliards que l’Etat a emprunté auprès d’une banque européenne via cette entreprise  pour pouvoir financer ces travaux mais hélas à des taux prohibitifs, à des conditions difficiles. Et le dossier n’a pas été suivi d’effets puisque nous avons connu d’entrer de jeu des difficultés  financières, le respect du règlement de l’échéancier mais surtout l’incapacité de cette entreprise à s’accorder avec l’ANGTI pour réaliser les travaux demandés.

Nous avons résilié ce marché et l’Etat est aujourd’hui ester en justice devant les juridictions compétentes par l’entreprise Eurofinsa Entraco-Cedex. Donc vous comprenez que c’est un problème de rigueur mais surtout de volonté de faire quelque chose de bien, si nous avons la volonté de faire et si nous mettons derrière la rigueur nécessaire.  En effet, la résiliation de ce contrat va nous permettre de conclure un autre marché mais cette fois-ci à des conditions acceptables parce que  pour des travaux de cette nature qui relève des infrastructures lourdes encore une fois dont la durée de vie ne peut pas  être inférieure à 15 ans », avait indiqué Jean-Pierre Oyiba.

 

 

 

 

 

 

 

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire