Les « mobiles cachés » du limogeage express de Bruno Ben Moubamba

DIG/ L’ex-ministre d’Etat en charge de l’Habitat, Bruno Ben Moubamba, aurait-il rĂ©ellement Ă©tĂ© Ă©vincĂ© du gouvernement d’Emmanuel Issoze Ngondet, uniquement, pour ses dĂ©clarations tonitruantes rĂ©layĂ©es sur les rĂ©seaux sociaux ?

Si certains observateurs y croient « naĂŻvement » et sans rĂ©flexion objective, d’autres Ă©voquent des raisons politiques (hostilitĂ© pour le systĂšme PDG), d’une part, et d’autre part, des conflits d’intĂ©rĂȘts Ă©conomiques issus du potentiel et de la rentabilitĂ© des Affaires fonciĂšres au Gabon.

Pour preuve, la dĂ©claration officielle et « vide » du Premier ministre Ă  Gabon TĂ©lĂ©vision ne comporte en aucun cas les raisons vĂ©ritables du limogeage de l’ancien Vice-Premier ministre.

Pourquoi le Premier ministre n’a-t-il pas communiquĂ© sur les vĂ©ritables mobiles de son limogeage ? Pourquoi la Primature n’a-t-elle pas remis le volet des Affaires fonciĂšres (via l’ANUTTC) au dĂ©partement ministĂ©riel de l’Economie, qui s’occupait dĂ©jĂ  de la conservation fonciĂšre via une direction ? Le Premier ministre cherchait t-il Ă  restreindre le champ d’actions de Bruno Ben Moubamba, parce qu’il remettait en cause constamment son management et ses actions, comme le remarquait l’opinion ?

Cela pourrait se justifier par la dĂ©mission prĂ©coce de la ministre dĂ©lĂ©guĂ© auprĂšs du ministre d’Etat, ministre du Budget et des Comptes publics.

Les raisons d’un limogeage prĂ©cipité 

Selon Bruno Ben Moubamba, le dĂ©mantĂšlement de nombreux trafics fonciers constitue l’une des raisons de son limogeage. Sans omettre ses multiples dĂ©nonciations du « systĂšme PDG qui maintient le pays depuis 50 ans ».

 « En effet depuis ma nomination, j’ai dĂ©jouĂ© et bloquĂ© de nombreux trafics fonciers, empĂȘchant certains de s’enrichir de façon dĂ©mesurĂ©e au dĂ©triment de la terre gabonaise. Il a donc Ă©tĂ© tentĂ©, en vain, de me faire sortir du gouvernement lors du rĂ©cent remaniement. Je n’ai dĂ» mon maintien qu’à la seule volontĂ© du PrĂ©sident de la rĂ©publique.  N’ayant pas su se dĂ©barrasser du gĂȘneur que je suis, le seule moyen de continuer le pillage foncier Ă©tait donc de retirer au ministĂšre de l’Habitat sa capacitĂ© de protection de notre territoire nationale : ce qui n’as pas tardĂ© deux semaines aprĂšs mon remaniement », rĂ©vĂšle t-il sans langue de bois indexant les caciques du systĂšme PDG sous l’appellation « des adversaires du dĂ©veloppement du Gabon ».

Pour l’ancien membre du gouvernement, « ces comploteurs continuaient de vider les caisses de l’Etat dans le but de prĂ©parer l’AprĂšs Ali. Et certains de ces comploteurs sont toujours au gouvernement et au pouvoir », a t-il dĂ©noncĂ©.

La RĂ©daction

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire