Noël Mboumba prend officiellement la direction de la Sogara

DIG/ Nommé lors du Conseil des ministres du 27 octobre dernier, l’ancien ministre délégué à l’Economie, Noel Mboumba, a officiellement pris ses fonctions de directeur général de la Société gabonaise de raffinage (Sogara), à la faveur d’une cérémonie organisée le 13 novembre dernier en présence du ministre du Pétrole et des Hydrocrabures.

Le successeur de Pierre Réténo Ndiaye devient le quatrième patron de cette entreprise cinquantenaire, après André Sipamio Berre et Jean-Fidèle Otando.

Ce choix consacre, selon le ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue, la décision du président de la République, Ali Bongo Ondimba, de migrer de la géo-politique à la géo-compétence.

A cette occasion Pascal Houangni Ambouroue a rappelĂ© les quatre axes d’orientation dĂ©finis dans le nouveau plan de redĂ©ploiement stratĂ©gique qui devra guider l’action du promu pour booster l’activitĂ© de la Sogara et la conduire avec rigueur.

A savoir, disposer d’une Ă©quipe d’intĂ©gration capable de pouvoir arrimer les sociĂ©tĂ©s gabonaises, notamment de la Sogara, aux standards les plus efficaces ; poursuivre toutes les mesures organisationnelles nĂ©cessaires Ă  travers un contrat de performance qui doit faire de la Sogara le choix numĂ©ro 1 des raffineries en Afrique centrale ; former les agents afin qu’ils s’arriment, eux aussi, aux standards internationaux ; et enfin intĂ©grer le biocarburant.

DĂ©fi* Le prĂ©sident du Conseil d’administration, Sylvestre Ratanga a reconnu le travail abattu en 8 ans par le directeur sortant, avec Ă  la clĂ© quatre records de production pulvĂ©risĂ©s dont celui mythique du million de tonnes traitĂ©es en 2016.

Cependant, Pierre RĂ©tĂ©no N’diaye, n’a pas manquĂ© de relever la fragilitĂ© Ă©conomique de la Sogara qui continue de prĂ©senter un risque important pour sa survie. Une situation liĂ©e en partie, selon lui, Ă  des facteurs exogènes tels que la volatilitĂ© du prix du brut.

D’après le DG sortant, les annĂ©es Ă  venir seront celles de gros challenges pour la raffinerie. Il s’agit prioritairement, a-t-il indiquĂ©, d’une meilleure valorisation de ses produits, de l’arrimage aux spĂ©cifications de l’association des raffineries africaines (ARA) pour l’essence et le gasoil et le recouvrement de ses crĂ©ances « clients ».

Tout en exprimant son infinie reconnaissance au prĂ©sident de la RĂ©publique Ali Bongo Ondimba, NoĂ«l Mboumba s’est engagĂ© Ă  la redynamisation de la Sogara pour faire en sorte que cet outil continue d’ĂŞtre le fleuron de la rĂ©ussite industrielle du Gabon. Il s’est adressĂ© aussi aux partenaires sociaux et Ă  l’ensemble des collaborateurs en les rassurant: « Je suis le DG de la Sogara et non celui d’une communautĂ© particulière ou d’un groupe d’intĂ©rĂŞt ».

NoĂ«l Mboumba, la quarantaine dĂ©passĂ©e, jouit d’une expĂ©rience professionnelle de plus de 15 ans dans le secteur pĂ©trolier « amont et des services« .

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire