Opération Scorpion : Justin Ndoundangoye libre !

DIG/ AuditionnĂ©, le mercredi 11 dĂ©cembre 2019, par un juge d’instruction Ă  la suite de son interpellation inĂ©dite, le samedi 7 dĂ©cembre 2019 Ă  l’aĂ©roport de Port-Gentil, le dĂ©putĂ© du 2e arrondissement de Franceville est rĂ©parti chez lui…libre de tout mouvement.

Aucun chef d’accusation n’a Ă©tĂ© Ă©tĂ© retenu contre lui malgrĂ© sa proximitĂ© avec ses anciens compagnons d’infortune, tous, Ă©crouĂ©s, le vendredi 13 dĂ©cembre 2019, Ă  « Sans famille ».

L’ancien bras droit de Brice Laccruche Alihanga et Ă©minent cadre de l’Ajev, bĂ©nĂ©ficie, en effet, de l’immunitĂ© parlementaire.

Selon ses avocats, l’audition de Justin Ndoundangoye a Ă©tĂ© conforme Ă  l’article 108 du nouveau code de procĂ©dure pĂ©nal lequel stipule que : « Le juge d’instruction fait citer Ă  comparaĂ®tre devant lui, par un huissier de justice ou un agent de la force publique, toute personne dans l’audition parait utile Ă  la manifestation de la vĂ©rité ».

Lors de son interpellation, le prĂ©sident de l’AssemblĂ©e nationale, Faustin Boukoubi, avait dĂ©clarĂ© :

« Il s’agit d’un député, élu et siégeant à l’Assemblée nationale, après avoir rempli effectivement les formalités d’usage et présenté officiellement à ses nouveaux collègues en séance plénière, depuis sa sortie du gouvernement.

Les dispositions légales relatives au traitement d’un parlementaire, telles que je vous l’ai rappelées, doivent s’appliquer le cas échéant. Nous y veillerons, bien évidemment.

Les autorités compétentes en ont pleinement conscience et préserveront les règles de l’Etat de droit ».

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire