Protection des forĂŞts : Le Cafi fait son bilan

DIG/ Le directeur de Cabinet du ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du plan climat et du plan d’affectation des terres, Dr. Ludovic Ngok, représentant le Prof. Lee White, a lancé, le 6 novembre 2019,  les travaux de la revue à mi-parcours du programme de l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI).

Le Gabon, qui est engagé dans un processus de préservation et de gestion durable de ses forêts, a signé en 2017, une lettre d’intention avec CAFI d’un montant de 18,4 millions de dollars dollars pour la mise en œuvre du Plan national d’affectation des terres, du Système national d’observation des ressources naturelles et des forêts (SNORNF) et de la lutte contre l’exploitation illégale.

Les questions inscrites à l’ordre du jour de cette rencontre portaient essentiellement sur la mise en œuvre des jalons de ladite lettre d’intention. Mais également sur  les programmes financés par Cafi I, la préparation du nouveau cycle de financement dans le cadre de Cafi II (12 millions de dollars) et Cafi III (150 millions de dollars).

Pour rappel, CAFI est un partenariat qui rassemble différents pays d’Afrique centrale (le Gabon, la République centrafricaine (RCA), la République démocratique du Congo (RDC), le Cameroun, le Congo et la Guinée équatoriale) et des donateurs (l’Allemagne, la France, la Norvège, le Royaume-Uni, l’Union européenne et le Brésil).

L’objectif de ce partenariat étant de préserver les forêts d’Afrique centrale afin de lutter contre les changements climatiques et contribuer au développement durable.

Brice Gotoa

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire