Audit de la Cour des comptes : La CNAMGS en situation de trouble

DIG/ Selon le rapport d’audit de la Cour des comptes sur la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) pour la pĂ©riode 2011-2015, remis le 28 septembre 2017 au gouvernement, la situation de cette organisme laisse entrevoir de graves risques pour l’avenir.

« La situation actuelle de la CNAMGS est fragile et sa pĂ©rennitĂ© ne peut ĂȘtre garantie en l’absence de mesures fortes et rapides », indique le rapport  d’audit.

En effet, deux grands groupes de risques identifiĂ©s font peser un lourd climat de suspicion quant Ă  l’avenir de la CNAMGS. Il s’agit des risques inhĂ©rents Ă  l’activitĂ© caisse et ceux rĂ©sultant du risques de non-contrĂŽle.

Concernant les risques inhĂ©rents Ă  l’activitĂ© caisse, la Cour mentionne que la CNAMGS s’expose Ă  des graves consĂ©quences, au regard de son fonctionnement actuel. Notamment, l’absence de procĂ©dures et mĂ©canismes permettant de prĂ©venir les erreurs et les fraudes, l’absence des procĂ©dures Ă©crites relatives Ă  la dĂ©cision, Ă  l’enregistrement et au contrĂŽle des prestations offertes.

A cela s’ajoute l’absence de procĂ©dures et mĂ©canismes permettant d’assurer la qualitĂ© des prestations offertes, ainsi que l’absence de procĂ©dures et mĂ©canismes permettant d’assurer la pĂ©rennitĂ© des trois fonds : le fonds d’assurance maladie des agents publics de l’Etat, le fonds d’assurance maladie des salariĂ©s des secteurs privĂ© et parapublic et, enfin, le fonds d’assurance maladie et de garantie sociale des gabonais Ă©conomiquement faibles.

Toujours au registre des risques, le rapport souligne l’absence de procĂ©dures Ă©crites permettant une gestion Ă©conomique, efficace et efficiente des actifs de la caisse. Toute chose qui peut impacter l’organisme.

Bien plus, la structure devrait d’abord toiletter son organisation interne, prĂ©cise la Cour de comptes, afin d’amĂ©liorer sa performance. Elle devrait aussi instaurer une gestion de maniĂšre Ă  maĂźtriser les charges techniques, le contrĂŽle des facturations et des prestataires.

Par ailleurs, la responsabilitĂ© de l’Etat dans la trĂ©sorerie de la CNAMGS est clairement mentionnĂ©e. L’audit Ă©voque des « retards constatĂ©s dans le versement, par le TrĂ©sor public, des cotisations salariales et patronales des agents publics, de la subvention accordĂ©e par l’Etat ainsi que des cotisations prĂ©levĂ©es par la CNSS pour le compte de la CNAMGS ».

Ces impayĂ©s de l’Etat de l’ordre de 70 milliards de francs contribuent aux difficultĂ©s de remboursement des prestataires de la CNAMGS et Ă  terme au maintien des prestations aux assurĂ©s.

Brice Gotoa

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire