La Cosumaf reste optimiste quant Ă  une reprise de la croissance en 2017

Le Président de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf), Rafaël Tung Nzue, s’est entretenu le 5 décembre 2016 à l’immeuble Arambo, avec le ministre délégué de l’Economie, Pascal Houangni Ambouroue.

Les deux personnalités ont fait le point sur l’évolution de l’organe de régulation du marché financier sous-régional.

Selon Rafaël Tung Nzue, le marché financier de la Ceamc évolue dans un contexte économique difficile marqué par une certaine dépression, en raison de la baisse des prix du pétrole.

« Comme les économies de la Cemac sont des économies pétrolières, en principe cela affecte gravement les recettes budgétaires de nos Etats. Ce qui fait qu’avec cette dépression, les Etats luttent actuellement comme ils peuvent pour essayer de redresser l’ensemble de leurs économies. Toutes les analyses portent à croire que l’année 2017 devrait être une année en termes de prévisions économiques avec une certaine accalmie parce que les Etats ont pris beaucoup de disposition pour essayer de maintenir une croissance sans trop descendre. Le marché financier dans ce contexte est plutôt dynamique en ce sens que beaucoup d’Etats cherche à mobiliser les ressources auprès du marché. Ça été le cas du Gabon qui a levé les fonds pour plus de 90 milliards de francs il y a six mois » a indiqué Rafaël Tung Nzue, président de la Cosumaf.

Depuis sa création en 2003, le marché financier de la Cemac a déjà mobilisé plus de 600 milliards de francs au profit des Etats et des entreprises privées.

« Nous sommes aujourd’hui en conjoncture économique défavorable et les Etats ont besoin de financer leur développement. Dans ce cadre-là, pour un certain nombre d’Etats, ils ont à recourir au marché financier pour se financer. L’Etat congolais est entrain de préparer un emprunt obligataire à hauteur de 150 milliards de francs et l’Etat gabonais, dans le même sens, l’année prochaine réalisera un emprunt obligataire de 100 milliard de francs. Ce qui montre que la liquidité du marché sert aux financements du développement  de ces Etats-là », a confié Pascal Houangni Ambouroue, ministre délégué de l’Economie.

Auteur : Brice Gotoa

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire