DGH : Les raisons du limogeage de Vincent de Paul Massassa

DIG/ On en sait désormais un peu plus sur l’éviction express après 4 mois de service de l’ancien directeur général des Hydrocarbures, Vincent de Paul Massassa, lors du Conseil des ministres du 10 janvier 2018.

Selon le média confidentiel Africa Intelligence, « l’ex-monsieur pétrole de la présidence » aurait faire perdre des milliards de francs à l’Etat à la suite du rachat en mai 2017 par Perenco des parts de Total sur une dizaine de gisements gabonais.

Direct Infos Gabon vous livre in extenso l’enquĂŞte rĂ©alisĂ©e par Africa Intelligence.

***************************************************************************************************************************

Plus de cargo pour la GOC

« Selon nos sources, le directeur général de la Gabon Oil Compagny (GOC), Arnauld Engandji, était à Paris à partir du 10 janvier afin de s’entretenir avec les dirigeants du trader Vitol et de tenter de trouver une solution à la baisse du nombre de cargos de brut que l’Etat gabonais pourra commercialiser en 2018. Acheteur de la production gabonaise, Vitol a déjà avancé des dizaines de millions $ à l’Etat gabonais.

Mais suite au rachat de multiples gisements de Total par Perenco, les volumes que l’Etat pourra revendre au trader pour rembourser ces avances devraient diminuer.

Sous pression du ministère des Finances, Engandji a proposé un montage pour reporter le remboursement des millions $ avancés par le trader, lors des prochains cargos prévus  pour avril.

Perenco met à genoux le ministère

Raison de ce manque de brut disponible : le rachat par Perenco des actifs de Total sur une quinzaine de champs, dont Coucal Avocette, Atora et Hylial.

L’une des conditions de cette transaction est la disparition du profil Oil reversé à l’Etat sur une partie de ces actifs. L’Etat a de fait accepté, via la Direction générale des hydrocarbures (DGH), que Perenco s’empare de ces actifs en alignant les conditions d’exploitation sur le régime de convention dit « Mara », qui régit déjà ses autres gisements au Gabon. Perenco échappe ainsi au cadre contractuel moins favorable auquel était soumis Total. Résultat : Selon une note de la DGH rédigée en Octobre par son numéro deux Bernardin Mvé Assoumou (et nouveau DG par intérim, voir p.8), à laquelle Africa Energy Intelligence a eu accès, la disparition du profil Oil sur les gisements cédés est susceptible de faire perdre Libreville plusieurs cargos de brut par an.

Dans ce même document, Assoumou suggérait à l’époque de sa diffusion ,en octobre ,au ministère du pétrole ,de négocier avec Perenco pour faire rentrer gracieusement la GOC dans certains gisements obtenus ou dans des infrastructures de transport acquises lors de la même transaction-comme l’oléoduc Rabi-Coucal-Cap Lopez-,en échange de la disparition du profit Oil. Or, la GOC n’a toujours rien obtenu. Dans la même note, Bernadin Assoumou fait un vœu : que les avantages obtenus par Perenco favorisent l’investissement afin d’accroître la production. Cela permettrait à l’Etat gabonais de compenser en partie le manque à gagner du profil Oil par taxes.

 Les têtes tombent

Les conséquences de cet accord paraphé il y a presqu’un an entre les deux sociétés françaises et avalisé par la DGH ont mis du temps à se faire sentir, car la mise en place de la convention « Mara » n’est réellement effective que depuis quelques semaines.

Cependant, lorsque le président Ali Bongo a compris qu’il n’y aurait pas de barils pour l’Etat au premier trimestre la sentence est tombée : le directeur général de la DGH Paul Massassa a été écarté lors du conseil des ministres du pétrole. Massassa est pourtant un familier de la présidence. Jusqu’à sa nomination à la DGH, en août 2017, il y était le conseiller principal aux hydrocarbures, mines et énergie et suivait déjà ce titre le dossier Total-Perenco.

L’autre raison de la mise à l’écart du désormais ex-DGH est son manque d’entrain à mettre en place la libéralisation de la distribution des produits pétroliers, pourtant ardemment souhaitée par Ali Bongo. Massassa était particulièrement combattu par le directeur général de la GOC, Arnauld Engandji. »

(Source : Africa Intelligence)

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire