Fibre optique : Le Gabon obtient un financement de 454 millions de FCFA de la BAD

DIG/ Dans le cadre du Fonds spĂ©cial IPPF-NEPAD, la Banque africaine de dĂ©veloppement (Bad), a octroyĂ©, le 20 fĂ©vrier dernier, au Gabon via l’Agence nationale des infrastructures numĂ©riques et des frĂ©quences (Aninf) une somme de 454 millions de FCFA (855 000 dollars) en vue de financer les travaux de la deuxiĂšme phase de la dorsale Ă  fibre optique d’Afrique centrale (CAB).

Cet accord de financement a Ă©tĂ© actĂ©, le 20 fĂ©vrier dernier, au cours d’une cĂ©rĂ©monie officielle entre le directeur gĂ©nĂ©ral de l’Aninf, Alex Bernard Bongo Ondimba, et le reprĂ©sentant par intĂ©rim de la Bad, Jean Louis Moubamba.

Selon le patron de l’Aninf, cette dotation permettra au Gabon de financer les Ă©tudes de faisabilitĂ© liĂ©es Ă  la 2Ăšme phase du CAB-Gabon qui comprend la mise en place d’un Centre national des donnĂ©es (Datacenter), d’un Centre d’alerte et de rĂ©action aux attaques informatiques (CSIRT) et d’une infrastructure Ă  la clĂ© publique.

Sur le coût total de cette opération, le Gabon a déjà contribué à hauteur de 5% conformément aux principes sous-jacents du Fonds spécial IPPF-NEPAD, soit un montant de 45 000 dollars (23,9 millions de FCFA).

Ces Ă©tudes de faisabilitĂ© consistent de prĂ©parer l’interconnexion du Gabon avec le Cameroun et la GuinĂ©e Equatoriale, et l’extension de la couverture nationale Ă  fibre optique sur les 14 axes prioritaires.

Cette extension va de l’axe Meyo-Kye-Kyo-Ossi (5 km) Ă  l’axe NdendĂ©-Doussala (50 km), en passant par celui de LambarĂ©nĂ©-Fougamou-Mouila-NdendĂ©-Tchibanga-Mayumba (457 km).

Au total, une extension de 1 900 km, qui rĂ©pond Ă  la principale recommandation du Plan de dĂ©veloppement des infrastructures en Afrique (Pida), selon lequel chaque pays du continent doit disposer d’au moins deux liaisons terrestres Ă  fibre optique avec ses voisins immĂ©diats.

« Ces interconnexions viennent en doublure Ă  celles dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ©es dans le cadre de la mise en Ɠuvre de la phase 1 du projet CAB-4 avec le partenaire Banque mondiale.», prĂ©cise l’Aninf.

Au terme de ces Ă©tudes de faisabilitĂ© d’une durĂ©e de 8 mois, trois livrables sont attendus. Il s’agit d’ une «analyse de l’existant» avec l’élaboration d’un Ă©tat des lieux concis, des «études technique, Ă©conomique, financiĂšre, environnementale et sociale» basĂ©es sur les formats de la Bad, en matiĂšre de respect des principes de sauvegarde applicables aux projets qu’elle finance, et un «rapport de synthĂšse» rĂ©sumant les informations essentielles en vue du lancement des futurs travaux d’extension.

D.B.M

(Source : Gabon Review)

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire