Fin de la concession de la SEEG : Veolia va quitter le Gabon !

DIG/ Les Ă©vĂ©nements orchestrĂ©s, dit-on par le gouvernement, Ă  travers la mise en scĂšne du sit-in de trois jours organisĂ© par l’Organisation gabonaise des consommateurs, suivi de l’ultime mise en garde du Directeur de cabinet du chef de l’Etat Brice Laccruche Alihanga avaient donc pour objectif de prĂ©parer l’opinion Ă  cette « nouvelle historique et populaire« .

AprĂšs 20 ans de concession sans discontinuitĂ©, l’Etat gabonais a finalement dĂ©cidĂ© de mettre fin Ă  la convention de concession qui le liait Ă  la SociĂ©tĂ© d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe français Veolia.

Les nĂ©gociations entre les deux parties portant sur l’avenant n°8 relatif Ă  la prorogation pour une durĂ©e de cinq ans de la convention de concession se sont soldĂ©es par un Ă©chec.

L’information a Ă©tĂ© rendue publique Ă  travers un communiquĂ© de presse, signĂ© du ministre de l’Eau et de l’Energie, Patrick Eyogo Edzang, le 16 fĂ©vrier 2018.

« Les raisons Ă©voquĂ©e sont entre autres la dĂ©gradation de la qualitĂ© du service rendu aux usagers, les efforts financiers consentis par l’Etat non suivi des effets escomptĂ©s et les plaintes rĂ©currentes des populations. Au-delĂ  de ces motifs, il convient Ă©galement de noter l’échec des nĂ©gociation entre les deux parties par l’avenant n°8 portant sur la prorogation pour une durĂ©e de cinq ans de la convention de concession », souligne le communiquĂ©.

Le gouvernement a ainsi procĂ©dĂ© exceptionnellement Ă  la rĂ©quisition temporaire de l’entreprise, dans le souci de prĂ©server la continuitĂ© et la qualitĂ© du service public de l’eau potable et de l’énergie Ă©lectrique.

« Durant cette pĂ©riode transitoire, un organe ad hoc aura pour mission de gĂ©rer l’entreprise, de mener les audits et autres Ă©tudes nĂ©cessaires au dĂ©veloppement du secteur dans un nouveau mode de gestion et finaliser la rupture contractuelle dans les rĂšgles de l’art avec le groupe Veolia », prĂ©cise le communiquĂ©.

Cependant, le gouvernement a tenu Ă  rassurer les employĂ©s qu’aucun licenciement ne sera opĂ©rĂ© du fait de cette rĂ©quisition. Il en est de mĂȘme, pour la continuitĂ© des contrats en cours d’exĂ©cution entre la SEEG et les divers opĂ©rateurs Ă©conomiques.

Brice Gotoa

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire