Lutte contre la Covid-19 : Le Gabon obtient un prĂŞt de 5,4 milliards de francs de la BIRD

DIG/ La banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), organisme spécialisé de la Banque mondiale, a accordé, mardi 19 mai 2020, un prêt de 9 millions de dollars (environ 5,4 milliards de FCFA) au Gabon pour mieux organiser sa stratégie de riposte contre la propagation du coronavirus.

Cette somme est destinée à renforcer le système sanitaire, notamment la prévention, la détection et la prise en charge des cas, conformément au plan de riposte national.

Le Gabon se dotera donc, conformément au plan de riposte, d’équipements et de fournitures tels que les ambulances médicalisées, les équipements de protection individuelle et des kits de diagnostic pour le dépistage et le laboratoire.

Une partie de cette somme servira à financer la formation du personnel de santé et la mise en place de deux nouveaux centres de diagnostic du COVID-19.

« Ce projet s’inscrit dans la continuité de l’engagement de long terme fourni par la Banque mondiale pour renforcer les systèmes de santé au Gabon, y compris le projet en cours de préparation sur les soins de santé de base. Il  vient complémenter les efforts d’autres partenaires au développement dans le cadre d’une riposte coordonnée », a indiqué Alice Ouédraogo, représentante résidente de la Banque mondiale au Gabon.

99 autres pays en dĂ©veloppement, qui reprĂ©sentent 70 % de la population mondiale avec le Gabon ont bĂ©nĂ©ficiĂ© de cette assistance. 39 d’entre eux sont des pays d’Afrique subsaharienne.

Selon David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale, « Cette pandémie et la mise à l’arrêt des économies avancées pourraient faire basculer jusqu’à 60 millions de personnes dans l’extrême pauvreté, gommant la plupart des progrès récents de la lutte contre la pauvreté ».   

C’est ce qui justifie l’extraordinaire célérité dont la Banque mondiale a fait montre pour débloquer 160 milliards de dollars (96 mille milliards de FCFA) de dons et d’aide financière sur une période de 15 mois pour accompagner la riposte des pays en développement face aux conséquences sanitaires, économiques et sociales de la crise du coronavirus et de la mise à l’arrêt des économies avancées.

DY

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire