Olam Gabon veut booster le commerce avec la construction de 2 nouveaux terminaux portuaires

DIG/ En partenariat avec l’Etat gabonais depuis 2010, le partenaire Olam Gabon a réalisé au cours de ces deux derniers mois des projets importants autant dans le domaine agricole que de l’infrastructure.

L’objectif principal est de permettre au Gabon d’atteindre non seulement l’autosuffisance alimentaire mais aussi d’amĂ©liorer et renfoncer les Ă©changes commerciaux avec l’extĂ©rieur Ă  travers la mise en place des plateformes logistiques de dernière gĂ©nĂ©ration, indique le prĂ©sident directeur gĂ©nĂ©ral d’Olam Gabon, Gagan Gupta.

Dans le cadre des infrastructures, la société Olam Gabon a développé deux nouveaux terminaux par l’entremise de GSEZ (détenu à 40,5% par Olam, 38,5% par l’Etat gabonais et 21% par l’AFC) au niveau du port d’Owendo.

Pour ce qui est du nouveau terminal minéralier, construit en deux phases, il vise à soutenir « le développement du secteur minier et gérer les flux vraquiers au port d’Owendo ».

La première phase de ce projet a concentré des réalisations portant sur la récupération sur la mer de 45 Ha, la mise en place d’un quai pour les barges de 170Km et 4 barges autopropulsées (2100 DWT), le déchargement et le chargement des vaisseaux de 45 to 50,000 DWT stationnés au mouillage.

Elles ont été caractérisées également par l’établissement d’une connexion au train pouvant supporter : 3 locomotives, 1 engin d’aiguillage, 90 wagons pour le transport minier (80 MT/wagon) et une voie ferrée d’évitement de 5.1 km à Franceville et de 3.2 km à Libreville.

Pour la seconde phase des travaux de ce terminal minéralier, on note la mise en œuvre d’un convoyeur de 1.2 km de long dans la mer connectant à la jetée, une aire de stockage additionnel à ciel ouvert, la manutention mécanisée du manganèse. Ces ouvrages se sont succédés  d’une connexion du chemin de fer TransGabon avec une voie ferrée traversant le terminal et une zone de déchargement  et d’une reprise et modernisation des activités de la Solimar.

Face à l’encombrement de l’ancien terminal plombant les opérations portuaires, Olam Gabon s’est lancé, en plus du terminal minéralier, dans la construction d’un second terminal en vue de manutentionner les flux conteneurs et généralement de cargo situé au port d’Owendo.

D’une capacitĂ© de 310’000 EVP et de 4m tonnes de gĂ©nĂ©ral cargo, il contient un quai principal de 420 m avec 2 postes conteneur y compris un vrac solide et liquide.

Il faut associer Ă  cela une profondeur de 4m LAT, une zone conteneur  de capacitĂ© de 3’480 EVP (696 GTS), une capacitĂ© Reefers 108 TGS et une capacitĂ© de conteneurs vides 178 TGS. Aussi ce chef-Ĺ“uvre a Ă©tĂ© renforcĂ© par la mise en place d’une Aire de stockage de vrac, Aire de service et de stockage d’hydrocarbure.

  » Ces projets d’infrastructures visent à améliorer la logistique du Gabon et donc sa participation dans le commerce mondial avec une exportation plus compétitive de ses produits parmi lesquels l’huile de palme, hévéa, minerais etc et une facture d’importation réduite grâce à des coûts et des délais plus élevés », a indiqué  le président directeur général d’Olam Gabon, Gagan Gupta.

Dorian Bissielou Mbouala

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire