Plusieurs multinationales françaises envisageraient de quitter le Gabon, selon Robert Bourgi

DIG/ La fuite programmĂ©e de l’entreprise Bouygues Energies et Services va-t-elle occasionner le dĂ©part des autres multinationales françaises ayant des filiales sur le sol gabonais ? Sur cette question, l’avocat et hommes d’affaires franco-libanais, Robert Bourgi, en bisbille avec le pouvoir de Libreville, s’est prononcĂ© sans langue de bois dans une interview accordĂ©e Ă  notre confrĂšre L’Aube et parue le 16 octobre 2017.

En commentant la cessation d’activitĂ©s de Bouygues Energies et Services, l’un des piliers de la « Franceafrique » affirme que plusieurs industriels français ayant des intĂ©rĂȘts Ă©conomiques au Gabon envisageraient Ă©galement de plier bagages.

« S’ils (les dirigeants de la sociĂ©tĂ©, ndlr) l’ont fait, c’est que le Gabon n’est plus du tout un pays sĂ»r. J’ai rencontrĂ© de nombreux capitaines d’industries en France qui ont des intĂ©rĂȘts au Gabon. Tous envisagent de plier bagages. Le pouvoir putschiste a affaire au blocage de nombreux secteurs d’activitĂ©s entrainant une paralysie du pays. OĂč l’Etat, quasi en faillite, trouvera-t-il les moyens financiers pour faire face Ă  tous ses problĂšmes ? La rĂ©ponse est aisĂ©e : ce sera un Ă©chec du pouvoir sur tous les plans », a t-il rĂ©vĂ©lĂ© .

D.B.M

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire