Politique budgétaire 2019 : « Trop de risques » selon le FMI

DIG/ Dans son rapport sur la 3e revue de l’accord Ă©largi au titre du mĂ©canisme Ă©largi de crĂ©dit, les services du FMI considèrent que l’orientation de la politique budgĂ©taire de 2019 est appropriĂ©e et conforme au programme, mais soulignent l’existence de plusieurs risques pesant sur la mise en Ĺ“uvre de cette politique.

Selon le Fonds, la faiblesse de la coordination et des capacitĂ©s administratives pourrait entraĂ®ner des retards dans la mise en Ĺ“uvre des rĂ©formes et soulever des difficultĂ©s notamment pour atteindre l’objectif de recettes.

En outre, malgrĂ© certains progrès, la situation financière de plusieurs entreprises et organismes publics demeure prĂ©caire et, en l’absence d’une amĂ©lioration, continuera de prĂ©senter un passif Ă©ventuel important pour l’État.

« Dans le but de prĂ©server les objectifs budgĂ©taires, le mĂ©canisme d’ajustement automatique prĂ©conisĂ© dans la loi de finances rectificative de 2018 et le niveau associĂ© de rĂ©serves contingentes sont maintenus et augmentĂ©s dans le budget de 2019 .

Si les risques devaient se matĂ©rialiser, les autoritĂ©s devraient s’efforcer de prĂ©server un ajustement de haute qualitĂ©, et de protĂ©ger les investissements et les dĂ©penses en faveur des pauvres tout en ciblant des rĂ©ductions sur les biens et services peu prioritaires et les transferts autres que sociaux.

Pour se doter d’un filet de sĂ©curitĂ© supplĂ©mentaire, les autoritĂ©s ont identifiĂ© d’Ă©ventuelles opĂ©rations de privatisation qui pourraient intervenir en 2019 sous la forme d’une rĂ©serve contingente (d’un montant total de 26 milliards de francs CFA) », indique le Fonds dans sa 3e revue.

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire