Comment résoudre durablement le conflit Homme-Faune ?

DIG/ Le gouvernement gabonais et le Programme mondial pour la vie sauvage (Global Wildlife Program, GWP) de la Banque mondiale rĂ©unissent du 3 au 7 avril 2017 plus de 60 participants au Parc national de la LopĂ©, dans le centre du Gabon, afin d’explorer des stratĂ©gies et des innovations visant Ă  rĂ©duire les conflits humains-espĂšces sauvages.

Cette problématique complexe menace sérieusement la survie de nombreuses espÚces en danger ainsi que la sécurité et la durabilité des moyens de subsistance des communautés en Afrique et en Asie.

La confĂ©rence prĂ©sentera une vue d’ensemble des causes profondes et des moteurs ayant entraĂźnĂ© l’augmentation des conflits humains-espĂšces sauvages. Elle analysera aussi des approches et des techniques susceptibles d’inciter les communautĂ©s Ă  promouvoir cette coexistence afin que les populations et les espĂšces sauvages puissent prospĂ©rer ensemble.

Des experts renommĂ©s de la conservation, des reprĂ©sentants gouvernementaux de plus de 15 pays et des reprĂ©sentants d’organisations partenaires du GWP et d’ONG internationales participeront Ă  cette confĂ©rence, qui comprendra une visite de terrain pour explorer les approches d’attĂ©nuation des conflits adoptĂ©es Ă  La LopĂ©. Une cĂ©rĂ©monie de clĂŽture se tiendra Ă  Libreville sous la prĂ©sidence du Pr Lee White, directeur de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).

DotĂ© d’un budget de 131 millions USD et financĂ© par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), le GWP est un partenariat mondial pour la prĂ©servation de la flore et de la faune sauvages, la prĂ©vention de la criminalitĂ© associĂ©e et le dĂ©veloppement durable.

Il comprend 19 projets nationaux dans toute l’Afrique et l’Asie, dont l’objectif est de rĂ©duire le braconnage, le trafic illĂ©gal d’espĂšces sauvages et la demande de produits dĂ©rivĂ©s d’espĂšces sauvages. Le Projet de gestion des conflits humains-Ă©lĂ©phants de 9,05 millions USD sera lancĂ© au cours de la confĂ©rence et comprendra la mise en Ɠuvre de stratĂ©gies et de solutions soutenant une gestion intĂ©grĂ©e des paysages et l’attĂ©nuation des conflits dans le sud du Gabon.

Ces mesures sont primordiales pour l’avenir des Ă©lĂ©phants des forĂȘts d’Afrique centrale et pour dynamiser l’économie rurale du Gabon.

« Il ne pouvait y avoir de meilleur choix que le Gabon pour accueillir cette confĂ©rence importante, ses forĂȘts couvrant 88% du pays et Ă©tant les derniers refuges des Ă©lĂ©phants de forĂȘt, qui disparaissent au rythme alarmant d’environ 9% par an Ă  cause du braconnage. Face aux menaces constantes des braconniers, les Ă©lĂ©phants migrent vers le sud et entrent en conflit avec les communautĂ©s villageoises », explique Claudia Sobrevila, responsable de programme du GWP. « Nous espĂ©rons que cette confĂ©rence fournira aux acteurs gabonais et autres partenaires nationaux de nouveaux outils et de bonnes pratiques Ă  appliquer immĂ©diatement Ă  leur programme. »

Face Ă  une concurrence croissante pour les ressources naturelles, l’évolution des paysages forestiers engendre une dĂ©gradation et une fragmentation de l’habitat qui mettent en grand pĂ©ril des espĂšces sauvages telles que les Ă©lĂ©phants, les lions et les primates.

Le GWP et le gouvernement gabonais reconnaissent l’importance de la vie sauvage en tant qu’atout et option concurrentielle pour l’utilisation des terres. La confĂ©rence contribuera Ă  dĂ©velopper des solutions qui aideront les gouvernements Ă  adopter une approche proactive de la coexistence entre les hommes et les espĂšces sauvages.

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire