Que reste t-il de nos ressources halieutiques ?

DIG/ Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral adjoint 1 du ministĂšre de la ForĂȘt, de la Mer et de l’Environnement, Serges Alain Eliwantchony, a ouvert, le 6 septembre 2017 Ă  Libreville, les travaux du groupe de travail scientifique du ComitĂ© des pĂšches de l’Atlantique Centre Est (Cpace) sur les ressources dĂ©mersales de la zone Sud, en prĂ©sence des reprĂ©sentants de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Durant  dix jours, une vingtaine de scientifiques des 17 pays du Cabo Verde dans le nord, Ă  l’Angola dans le Sud vont travailler pour mettre Ă  jour les statistiques sur les captures et l’effort de pĂȘche par pays et par espĂšce ; consolider et mettre Ă  jour les informations biologiques, technique et Ă©conomiques sur les captures et procĂ©der Ă  une analyse des tendances et de la qualitĂ© des donnĂ©es disponibles et Ă  l’évaluation des lacunes. Mais Ă©galement Ă©valuer l’état actuel des diffĂ©rents stocks dans la sous-rĂ©gion et prĂ©senter enfin les diffĂ©rentes options et recommandation en matiĂšre d’amĂ©nagement des diffĂ©rents stocks en soulignant leurs effets Ă  long et court termes et cela mĂȘme dans les situations oĂč les donnĂ©es se trouvent limitĂ©es.

« Les Ă©valuations indirectes auxquelles vous allez procĂ©der vont nous permettre de situer les niveaux d’exploitation de nos principales ressources halieutiques de fond. Cette connaissance nous orientera vers de meilleures prises de dĂ©cisions politique et stratĂ©gique », a indiquĂ© Serges Alain Eliwantchony.

Il ne fait aucun doute que les rĂ©sultats obtenus seront d’une grande utilitĂ© pour alimenter les processus dĂ©cisionnels de gestion durable des ressources halieutiques dans la sous-rĂ©gion et de rĂ©pondre Ă©galement au suivi de l’objectif du programme de dĂ©veloppement durable horizon  sur la conservation et l’utilisation durable des ocĂ©ans, des mers et des ressources marines pour un dĂ©veloppement durable.

« Je tiens Ă  rĂ©itĂ©rer la disponibilitĂ© de la FAO Ă  accompagner les gouvernement et les partenaires dans leurs efforts pour renforcer la gestion rationnelle de leurs patrimoines halieutiques et faire du secteur de la pĂȘche, un vĂ©ritable moteur de dĂ©veloppement Ă©conomique et social durable au bĂ©nĂ©fice de vos pays respectifs »,  as insistĂ© Huguette Biloho Essono, chargĂ©e de Programme du Bureau sous-rĂ©gional de la FAO pour l’Afrique centrale.

Brice Gotoa

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire