Tourisme : Pourquoi le secteur ne décolle pas selon Karine Arissani

DIG/ Malgré un fort potentiel et une volonté pourtant manifeste des pouvoirs publics d’en faire un levier important de l’économie gabonaise, le secteur touristique peine toujours à décoller.

L’organisation des grands Ă©vĂ©nements sportifs et autres Ă©vĂ©nements sous-rĂ©gionaux n’ont toujours pas convaincu les tours opĂ©rateurs de l’offre touristique gabonaise.

Selon la directrice gĂ©nĂ©rale de l’Agence de dĂ©veloppement et de promotion du tourisme et de l’hĂ´tellerie (Agatour), Karine Arissani, un certain nombre d’écueils plombent malheureusement l’éclosion de ce secteur.

« Il y ‘a d’abord des problèmes d’ordre infrastructurel. En effet, dans le Gabon profond, oĂą se situe les plus belles merveilles touristiques du pays, le problème d’hĂ©bergement et de restauration pour les touristes est entier. En effet, les capacitĂ©s hĂ´telières et de restauration de nombreux sites sont quasiment inexistants. 

Ensuite, vient la problématique du réseau routier. Sans réseau routier de qualité, le touriste mettra 5 heures de temps pour rallier un point à un autre, distant de moins de 100 km.

Viennent se greffer les prix exorbitants des billets d’avions et des coĂ»ts des chambres, qui sont vĂ©ritablement hors de portĂ©e.

Face Ă  cette situation, je pense qu’il est temps d’ouvrir les assises nationales consacrĂ©es au tourisme pour dĂ©battre de toutes ces questions. Car, le tourisme est un incroyable facteur de dĂ©veloppement.

La valorisation du tourisme au Gabon entraĂ®nera la crĂ©ation de milliers d’emplois directs et indirects. Notamment dans les secteurs de la restauration, des transports, de l’artisanat, de l’hĂ©bergement, de l’agriculture…. Ce qui permettra vĂ©ritablement de faire reculer la pauvretĂ© dans notre pays », a indiquĂ© la nouvelle secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de l’Association africaine des offices et agences nationaux de tourisme (AONTA) au quotidien L’Union.

 

 

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire