Affaire Cimaf : Deux revendeurs entendus Ă  la DGR

DIG/ Face au bras de fer qui oppose les revendeurs de ciment estampillé Cimaf aux dirigeants marocains, deux opérateurs Mrs Fofana et Diawara, considérés comme les plus importants de la chaine de distribution du ciment, sont actuellement entendus à la Direction générale des recherches (DGR) de la gendarmerie nationale.

Il est reprochĂ© Ă  Fofana et Diawara, respectivement patron de Sowaff et d’Afric Work, de ne pas avoir respectĂ© leurs engagements en ce qui concerne les Ă©chĂ©ances de paiement des crĂ©ances dues Ă  Cimaf.

D’autres revendeurs dans le mĂȘme cas vont, Ă©galement, trĂšs bientĂŽt ĂȘtre entendus par la justice.

Cependant, du cĂŽtĂ© du collectif des distributeurs et revendeurs du ciment, on dĂ©nonce la maniĂšre de faire du Cimaf en mĂȘme temps qu’on prĂŽne l’apaisement. Le rappel Ă  l’ordre lancĂ© par le ministre en charge du Commerce Madeleine Berre lors d’une rĂ©cente rĂ©union, n’a, visiblement, pas portĂ© ses fruits.

« Un mois de retard de plafond Ă©quivaut Ă  compte fermĂ©. Peu importe, l’importance du chantier que le revendeur fournit (
) Une contestation sur crĂ©ance douteuse Ă©gale compte fermĂ© suivi d’une convocation Ă  la Direction gĂ©nĂ©rale des recherches (
) Nous voulons tout juste que notre dette soit convenable », s’est dĂ©fendu l’un des dirigeants de Cimaf.

Cette situation, risque Ă  la longue, de menacer de nombreux emplois et de perturber l’approvisionnement du marchĂ© en ciment.

En rappel, Cimaf dĂ©tient dĂ©sormais le monopole de la vente du ciment sur le territoire national depuis l’annonce par le gouvernement, le 19 juillet 2017, d’interdire les importations de ciment afin de protĂ©ger la production nationale et sauver les emplois.

Brice Gotoa

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire