Azur Gabon asphyxié par une dette de 42 milliards de francs

DIG/ Fuite de capitaux organisĂ©s vers l’étranger, dĂ©tournement du trafic international, insuffisance de la couverture du territoire national, dĂ©faut de paiement des taxes d’interconnexion, non reversement de redevances du trafic international entant collectĂ©s pour le compte de l’Etat, expiration de sa licence d’exploitation depuis 2015… DĂ©cidĂ©ment, le ciel s’assombrit, de jour en jour, pour l’opĂ©rateur Azur Gabon.

Selon des sources proches de ce dossier, le montant global des crĂ©ances Ă  recouvrer auprĂšs d’Azur Gabon s’élĂšve aujourd’hui Ă  42 milliards de francs.

Cette dette colossale est diversement rĂ©partie entre l’Etat, ses fournisseurs et les autres opĂ©rateurs de tĂ©lĂ©phonie mobile, Ă  l’image d’Airtel Gabon qui a dĂ©jĂ  coupĂ© son interconnexion avec Azur pour cause d’impayĂ©s. Gabon TĂ©lĂ©com serait Ă©galement sur le point de suspendre son interconnexion avec l’opĂ©rateur.

« Les sanctions dĂ©jĂ  mises en Ɠuvre et les actions amiables engagĂ©es par l’autoritĂ© de rĂ©gulation n’ont toujours pas permis Ă  ce jour, d’apurer ce passif, qui dĂšs lors, risque de s’aggraver avec pour consĂ©quence de ne plus ĂȘtre susceptible d’ĂȘtre recouvrĂ© Ă  terme » indique la source interrogĂ©e.

Aujourd’hui face Ă  cette situation de blocage, plusieurs solutions sont envisagĂ©es. Il s’agit, entre autres, de diligenter, dans les meilleurs dĂ©lais, une saisine des crĂ©anciers pour une liquidation judicaire. Notamment le « cƓur du rĂ©seau de l opĂ©rateur ». Ou encore, faire urger l’attribution d’une licence d’opĂ©rateur mobile virtuel (MVNO), en prenant soin d’introduire dans les accords qui seront Ă©tablis avec le futur adjudicataire, une clause accordant une prioritĂ© de recrutement des personnels dĂ©flatĂ©s d’Azur Gabon.

En effet, l’opĂ©rateur accumule, aujourd’hui, 7 mois d’arriĂ©rĂ©s de salaires vis-Ă -vis de ses employĂ©s.

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire