Centres de pĂȘche : 15 milliards de francs en attente de valorisation

DIG/ LA coopĂ©ration Gabon-Japon en matiĂšre de pĂȘche se porte bien. C’est le constat fait par le secrĂ©taire exĂ©cutif de l’Agence gabonaise de pĂȘche et d’aquaculture, Georges Mba AssĂ©ko, lors de la visite guidĂ©e effectuĂ©e derniĂšrement au Centre d’appui Ă  la pĂȘche artisanale de Libreville (Capal).

« L’appui du Japon dans le domaine de la pĂȘche et dans la coopĂ©ration bilatĂ©rale entre les deux pays est importante pour le dĂ©veloppement et la valorisation du secteur. Dans l’ensemble, notre pays a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’un don de prĂšs de 15 milliards de francs pour la construction de trois centres de pĂȘches artisanaux », a indiquĂ© Georges Mba AssĂ©ko.

En effet, en 2002, le Japon a financĂ© la construction du Centre communautaire de pĂȘche artisanale de Port-Gentil (CCPAP) pour un montant de 4,7 milliards de francs. En 2004, celui du Centre communautaire de pĂȘche artisanale de LambarĂ©nĂ© (CCPAL) pour Ă©galement 4,7 milliards de francs. Et en 2011, la construction du Centre d’appui Ă  la pĂȘche artisanale de Libreville pour un montant de 5,5 milliards de francs.

 » Ces acquis sont considĂ©rables pour booster le secteur de la pĂȘche dans notre pays. Mais pour l’heure, il y a peu de Gabonais  dans ce secteur. Nous invitons donc nos compatriotes Ă  se l’approprier. La diversification de notre Ă©conomie passe aussi par le secteur de la pĂȘche. Ainsi, en crĂ©ant une agence dĂ©diĂ©e au secteur de la pĂȘche, le gouvernement a pensĂ© Ă  l’organisation de la chaĂźne de valeur. Ainsi notre premiĂšre action Ă©tait d’organiser les acteurs en coopĂ©ratives. Pour atteindre l’autosuffisance alimentaire en protĂ©ine alimentaire, nous devrons disposer des statistiques. Et dans ce processus, un suivi des dĂ©barquements dans les centres de pĂȘches est une prioritĂ© qui nous permettra d’Ă©valuer les quantitĂ©s et la qualitĂ© des espĂšces qui sont pĂȘchĂ©es. L’autre prioritĂ© reste la gestion durable de la ressource, avec la mise en place des parcs marins. « , a t-il conclu.

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire