CimGabon proche de la fermeture

Jadis fleuron de l’industrie cimentiĂšre sous-rĂ©gionale, CimGabon est aujourd’hui proche du dĂ©pĂŽt de bilan.

Un arrĂȘt total ou partiel de ses activitĂ©s dans les mois Ă  venir n’est plus Ă  exclure, indique un haut cadre de l’entreprise.

L’entreprise serait, depuis deux mois, en cessation de paiement de ses fournisseurs et prestataires.

« A la fin du mois  de janvier dernier, les salariĂ©s ont failli ne pas pouvoir entrer en possession de leur paie. Qu’en sera-t-il de ce mois de FĂ©vrier et des mois Ă  venir ? », s’inquiĂšte un ancien dĂ©lĂ©guĂ© du personnel

La forte compétition causée par les importations de ciment qui représente presque la moitié des parts de marché a considérablement contribué au déclin de cette société.

D’aprĂšs les statistiques de l’entreprise, l’annĂ©e 2016 s’est rĂ©vĂ©lĂ©e catastrophique sur le plan financier avec un volume de vente se situant Ă  peine aux alentours de 40 000 tonnes alors que la capacitĂ© annuelle de la sociĂ©tĂ© est supĂ©rieure Ă  400 000 tonnes.

« En Avril 2014, Cimgabon avant le dĂ©part du gĂ©ant allemand Heidelberg et l’arrivĂ©e du Groupe Cimaf a initiĂ© un plan social de dĂ©parts volontaires avec la fermeture de l’usine de clinker de Ntoum suivie de celle de  ciment de Franceville en 2015 qui avait entrainĂ© la perte d’emplois aussi bien directs qu’indirects de centaines de Gabonais et Gabonaises (
).  La recapitalisation de la sociĂ©tĂ© qui pourtant Ă©tait tant attendue comme un souffle d’espoir par les employĂ©s, n’a malheureusement pas le levĂ©e les incertitudes quant Ă  son devenir », souligne l’ancien dĂ©lĂ©guĂ© du personnel.

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire