Filière bois : En faillite, le groupe Rougier va quitter le Gabon

DIG/ Le groupe forestier français Rougier, qui emploie 3 000 personnes dont 97 % en Afrique centrale, a annoncé son dépôt de bilan, le mardi 6 mars 2018, selon les informations de RFI.

EnlisĂ© dans des problèmes de trĂ©sorerie, le tribunal de commerce de Poitiers doit examiner d’ici une semaine l’avenir du groupe français en Afrique.

En cause, selon le négociant français, « l’engorgement chronique du port conventionnel de Douala et le retard des remboursements des crédits de TVA des filiales opérationnelles dans les pays dans lesquels le groupe a ses activités, notamment au Gabon ».

La direction de Rougier, qui explique que ces difficultés ont pesé sur l’activité du groupe pendant plusieurs mois, souligne également une accélération des pertes suite à « la récente congestion du terminal à containers [qui] a conduit son opérateur à en limiter l’accès, puis temporairement le fermer. »

Présent dans quatre pays en Afrique centrale (Cameroun, Congo, Gabon et Centrafrique), le groupe Rougier, affiche « plus de 2 millions d’hectares de concessions forestières certifiées ».

Le groupe compte sept sites de production sur le continent : quatre au Gabon – une usine de placage à Owendo, et des scieries à Mevang, Ivindo et Mbouma ; deux au Cameroun – les scieries de Mbang et Djoum ; et un au Congo-Brazzaville – la scierie de Moualé. Il est également actif sur les ports camerounais de Douala et Kribi et sur le port gabonais de Libreville.

Selon le rapport d’activité 2016, « le groupe comptait 2 989 salariés, dont 97% en Afrique centrale ».

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire