FiliĂšre bois : En faillite, le groupe Rougier va quitter le Gabon

DIG/ Le groupe forestier français Rougier, qui emploie 3 000 personnes dont 97 % en Afrique centrale, a annoncé son dépÎt de bilan, le mardi 6 mars 2018, selon les informations de RFI.

EnlisĂ© dans des problĂšmes de trĂ©sorerie, le tribunal de commerce de Poitiers doit examiner d’ici une semaine l’avenir du groupe français en Afrique.

En cause, selon le nĂ©gociant français, « l’engorgement chronique du port conventionnel de Douala et le retard des remboursements des crĂ©dits de TVA des filiales opĂ©rationnelles dans les pays dans lesquels le groupe a ses activitĂ©s, notamment au Gabon ».

La direction de Rougier, qui explique que ces difficultĂ©s ont pesĂ© sur l’activitĂ© du groupe pendant plusieurs mois, souligne Ă©galement une accĂ©lĂ©ration des pertes suite Ă  « la rĂ©cente congestion du terminal Ă  containers [qui] a conduit son opĂ©rateur Ă  en limiter l’accĂšs, puis temporairement le fermer. »

PrĂ©sent dans quatre pays en Afrique centrale (Cameroun, Congo, Gabon et Centrafrique), le groupe Rougier, affiche « plus de 2 millions d’hectares de concessions forestiĂšres certifiĂ©es ».

Le groupe compte sept sites de production sur le continent : quatre au Gabon – une usine de placage Ă  Owendo, et des scieries Ă  Mevang, Ivindo et Mbouma ; deux au Cameroun – les scieries de Mbang et Djoum ; et un au Congo-Brazzaville – la scierie de MoualĂ©. Il est Ă©galement actif sur les ports camerounais de Douala et Kribi et sur le port gabonais de Libreville.

Selon le rapport d’activitĂ© 2016, « le groupe comptait 2 989 salariĂ©s, dont 97% en Afrique centrale ».

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire