Le Gabon veut adhérer au processus de Kimberley

Le ministre des Mines Christian Magnagna a eu une importante sĂ©ance de travail, le 3 novembre dernier, avec les experts du Programme d’appui Ă  la gouvernance sectorielle dans les mines (PAGOS-mines).

Au cours de cette rĂ©union, il a Ă©tĂ© question de faire le point sur l’adhĂ©sion du Gabon au processus de Kimberley.

SignĂ© le 1er janvier 2003, le processus de Kimberley est un rĂ©gime de certification international de diamants bruts qui rĂ©unit gouvernement et industriels du secteur, afin d’éviter de nĂ©gocier, sur le marchĂ© mondial, l’achat des diamants prĂ©sentĂ©s par des mouvements rebelles en vue de financer leurs activitĂ©s militaires.

Cet accord auquel le Gabon veut adhérer, pour une meilleure transparence et traçabilité de sa filiÚre diamantifÚre, est le résultat des discussions débutées en mai 2000 à Kimberley en Afrique du Sud.

En effet,  des indices de diamant ont Ă©tĂ© relevĂ©s dans plusieurs rĂ©gions gabonaises, notamment le Woleu-Ntem, l’OgoouĂ©, le Haut-OgoouĂ© et la NgouniĂ©. En 1998, la sociĂ©tĂ© sud-africaine DeBeers s’était mĂȘme vue dĂ©livrer un permis de recherche couvrant les trois premiĂšres provinces prĂ©citĂ©es.

 

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire