Le gouvernement revoit Ă  la hausse le budget 2017

DIG/ En attendant sa confirmation par le parlement, le Conseil des ministres a approuvĂ©, lors de sa sĂ©ance du 19 mai 2017,  le projet de loi portant modification des ressources et les charges de l’Etat pour l’annĂ©e 2017.

Cette loi de finances rectificative intervient dans un contexte de conclusion, avec le Fonds monĂ©taire International (FMI), des nĂ©gociations portant sur le Plan de Relance de l’Economie (PRE), qui a pour objectif de corriger les tendances baissiĂšres de l’économie.

Pour l’annĂ©e 2017, les prĂ©visions du cadrage macroĂ©conomique et budgĂ©taire affichent dĂ©sormais des opĂ©rations budgĂ©taires et de trĂ©sorerie Ă©quilibrĂ©es en ressources et en charges Ă  2 860 milliards F cfa contre 2 477, 5 milliards F.cfa dans la loi de finances initiale, soit une augmentation de 382,5 milliards F.cfa (+15 %).

Les recettes du budget de l’Etat s’établiraient Ă  1 714, 6 milliards F.cfa contre 1 858,4 milliards F.cfa dans la loi de finances initiale, soit une diminution de 143,8 milliards de F.cfa.

ArrĂȘtĂ©es Ă  1 886, 7 milliards F.cfa, les dĂ©penses budgĂ©taires, quant Ă  elles, connaissent une augmentation de 4,2 % par rapport Ă  la loi de finances initiale.

Elles sont composĂ©es des charges financiĂšres de la dette, des dĂ©penses courantes, des dĂ©penses d’investissement et des autres dĂ©penses.

Pour rappel, le PRE adoptĂ© par le conseil des ministres pour la pĂ©riode 2017-2019 a pour objectifs de ramener le dĂ©ficit budgĂ©taire Ă  un niveau infĂ©rieur Ă  3 % du PIB dans les trois (3) ans ; atteindre un taux de croissance moyen proche des performances enregistrĂ©es entre 2010 et 2014 ; renouer avec un solde positif de la balance des paiements, afin de reconstituer les rĂ©serves monĂ©taires extĂ©rieures et ainsi rĂ©tablir une bonne couverture de notre monnaie ; et  ramener l’encours de la dette Ă  un niveau infĂ©rieur ou Ă©gal au plafond stratĂ©gique Ă©tabli par le Gouvernement.

Le PRE est structurĂ© autour de cinq (5) grands programmes, Ă  savoir : l’optimisation des recettes et le financement de l’économie ; la maĂźtrise des dĂ©penses publiques ;  l’amĂ©lioration de la compĂ©titivitĂ© des filiĂšres forĂȘts-bois, agriculture, pĂȘche, tourisme, mines, hydrocarbures, habitat, travaux publics et Ă©conomie numĂ©rique ;  l’amĂ©lioration du cadre des affaires ; et la qualitĂ© des services aux citoyens.

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire