Jean-Marie Ogandaga explique l’importance de la trĂȘve sociale aux leaders syndicaux

DIG/ Dans le cadre des prĂ©paratifs de la trĂȘve sociale, le ministre de la Fonction publique, de la Modernisation du service public, chargĂ© de la RĂ©forme de l’Etat, Jean-Marie Ogandaga a eu, le 10 octobre 2017 Ă  Libreville, une rĂ©union de concertation avec les leaders du syndicat regroupĂ©s au sein du ‘’Bloc syndical de la premiĂšre seconde’’.

Cette rencontre avait pour but d’informer les partenaires sociaux sur la marche procĂ©durale pour aboutir Ă  une trĂȘve sociale et l’importance de celle-ci.

« Il Ă©tait important d’échanger avec les reprĂ©sentants du Bloc syndical de la premiĂšre seconde sur les objectifs visĂ©s par la future trĂȘve sociale que nous allons signer. Aucun partenaire social n’est exclu. Tout le monde est invitĂ© Ă  donner son opinion et apporter son plus. Nous sommes lĂ  pour bĂątir un Gabon qui se veut prospĂšre et Ă©ternel. Nous n’allons pas bĂątir notre pays en excluant ses enfants », a indiquĂ© Jean-Marie Ogandaga.

Pour le ministre, l’économie du pays est au plus bas et pour la relever le gouvernement a mis en place un plan de relance Ă©conomique qui nĂ©cessite un climat social total apaisĂ©. Les syndicalistes ont compris, espĂšre t-il, que la trĂȘve sociale serait la bienvenue dans un pays oĂč rĂšgnent des tensions.

« Notre pays traverse un tourbillon. Nous ne sommes pas les seuls. C’est une crise mondiale. C’est vrai que beaucoup refuse de l’accepter, mais lorsqu’on regarde chaque jour la tĂ©lĂ©, ou lorsqu’on Ă©coute la radio partout dans le monde,  il n’y a que des foyers de tension. C’est la pauvretĂ© grandissante, c’est la perte d’emploi, c’est la vie chĂšre. Donc, notre pays n’est pas exclu du globe. Nous avons les mĂȘmes problĂšmes mais peut-ĂȘtre que l’approche est diffĂ©rente. Notre approche aujourd’hui c’est de faire la paix », a expliquĂ©, la reprĂ©sentante du Bloc syndical de la premiĂšre seconde.

Brice Gotoa  

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire