Le gouvernement veut numĂ©riser toute l’administration publique

DIG/ Le ministre dĂ©lĂ©guĂ© auprĂšs du ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du DĂ©veloppement durable, Edwige Betah, a ouvert le 6 mars 2018 au siĂšge de la Banque mondiale Ă  Libreville, l’atelier sur « l’Appui au projet E-Gouvernement ».

Ce sĂ©minaire qui a rĂ©uni plusieurs experts venus de Malaisie, des Emirat-Arabes-Unis, du Cap-Vert et d’Asie du Sud, avait pour objectif de procĂ©der Ă  la finalisation du processus d’identification des  activitĂ©s qui vont ĂȘtre intĂ©grĂ©es dans le projet E-gouvernement. Notamment la politique du gouvernement en matiĂšre de numĂ©rique, les activitĂ©s en cours et les perspectives de dĂ©veloppement du secteur.

« L’atelier auquel vous avez bien voulu participer est l’aboutissement d’un processus de consultation et de concertation que le Gabon a initiĂ© depuis prĂšs d’un an avec la Banque mondiale. Il constitue une tribune idĂ©ale pour nous familiariser avec le concept de E-Gouvernement et pour lui donner un  contenu, en fonction de nos prioritĂ©s dans divers champs d’application du « Gabon NumĂ©rique », a indiquĂ© le membre du gouvernement.

Selon les donnĂ©es du ministĂšre en charge de l’Economie numĂ©rique, la part du numĂ©rique reprĂ©sente prĂšs de 5% du PIB, avec un taux de pĂ©nĂ©tration de l’internet de 75%.

L’ensemble de ces efforts a permis au Gabon de figurer au 6e rang en Afrique, selon l’indice de dĂ©veloppement des technologies de l’information et de la communication 2017.

Afin de maximiser l’utilisation de cette infrastructure, le gouvernement entend progressivement optimiser l’ensemble des activitĂ©s majeures de l’administration en augmentant significativement l’utilisation des technologies de l’information et de la communication, au travers de la mise en place de l’E-gouvernement.

apropos de l auteur

La Redaction

Laisser un commentaire